loading...
- - -
América Latina Portal Europeo
REDIAL Red Europea de Información y Documentación sobre América Latina
CEISAL Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina
Revista Almanaque Histórico Latinoamericano

Alternatives Sud

Revista Amazoniana : Limnologia et oecologia regionalis systemae fluminis Amazonas

Año: 1996 vol. 3 n. 1

Cordova, Hector. Coca, Cocaïne: deux universIn  Drogues et narco-trafic: le point de vue du Sud p. 25-36 América Latina
Bolivia

Resumen

La Bolivie a toujours été un fournisseur de matiéres premières, raison pour laquelle les grandes puissances sont constamment intervenues. La crise des mines priva de travail de nombreux ouvriers. Ces derniers s'adonnérent à l'agriculture sur des terres pauvres mises à leur disposition par le Gouvernement et pour des raisons de rentabilité plantèrent de la coca, ce qui était une culture traditionnelle. La réaction des Etats-Unis fut vive et exigea la destruction des plantes. La résistance fut forte et la coca devint le symbole de l' identité culturelle. Le Gouvernement bolivien édita une loi répressive qui donna lieu à de nombreux abus. La demande interne de coca (et non de cocaïne) est importante et le Gouvernement a désigné une région pour cette production. Par le biais du contrôle des drogues, les États-Unis ont établi un véritable droit d'intervention. La partie la plus importante du profit réalisé part à l'étranger. Le reste est réinvesti dans le pays (20%) et a sérieusement développé la corruption du monde politique.

Mamani Pocoata, Mauricio. Les ironies du développement alternatif en BolivieIn  Drogues et narco-trafic: le point de vue du Sud p. 37-59 América del Sur | América Latina
Bolivia

Resumen

La discussion concernant la plante des Incas amena à formuler une position excessivement dichotomique entre coca et cocaïne. Des programmes d' éradication des plants de coca ont été mis en oeuvre en collaboration internationale, avec l' idée de promouvoir des cultures de sustitution. Ils aboutirent à des échecs, en particulier le plus ambitieux de tous, le Projet Agroyungas. La raison principale ce fut l'ignorance de la signification de la coca pour les indigénes, jointe à un processus pyramidal de réalisation. La feuille de coca possède des vertus nutritives assez exceptionnelles, outre le sens symbolique et religeux dont elle a été revêtue dans la culture des indigénes andins. Son utilisation médicinale est multiple. L'étude scientifique de ses composants montre la richesse de ce produit de la nature. L'échec du projet de substitution a eu pour effet de ruiner les petits paysans et indirectement d' augmenter la part de production illégale transformée en cocaïne. L'auteur propose que la production excédentaire par rapport aux formes traditionnelles d' utilisation de la feuille de coca soit destinée à l'industrie pharmaceutique, à la nourriture pour le bétail et à d'autres usages encore, ce qui découragerait sa transformation en cocaïne, tout en assurant aux paysans un taux de rentabilité qui ne fournissent pas les cultures de substitution. En cas d'échec, il ne restera plus qu'à légaliser la cocaïne dans les pays consommateurs, afin de faire disparaître les bénefices illicites et d'en contrôler l'usage.

Calvo-Ospina, Hernando. Trafic de drogue et droits de l' homme en Colombie et au PérouIn  Drogues et narco-trafic: le point de vue du Sud p. 61-74 América del Sur | América Latina
Colombia | Perú

Resumen

L' article analyse les mécanismes par lesquels l' État colombien et de nombreux de ses agents furent des participants directs ou indirets des bénefices du trafic. A partir des années 1980 et avec le développement des mouvemens populaires et révolutionnaires, des intances étatiques, particulièrement l' armée, s'appuyèrent sur l'appareil de la mafia pour les combattre. C'est ainsi qu'aussi bien dans les campagnes que dans les villes, se développa une guerre sale, particulièrement cruelle. Elle se développa sous le couvert d'une guerre contre la drogue, appuyée par les État-Unis, mais dont le principal résultat a été la militarisation de la société. Jusqu'au milieu des années 1980, le Pérou fut reconnu comme un point-clé du trafic de la cocaïne. Aujourd'hui, la corruption étatique est tellement grande que des institutions telles que l'Observatoire Géopolitique de la Drogue l'ont catalogué comme un narco-État. Mais, le Pérou n'a pas reçu la même attention internationale que la Colombie. Le cas péruvien est grave, parce que les actions entreprises au nom de la guerre ont été en réalité des opérations de contre-insurgence. Les État-Unis ont développé dans ce pays des forces militaires spéciales, la DEA et la CIA, comme nulle part ailleurs au cours des dernières dix années.

Umprimny, Rodrigo. Le narco-trafic comme forme particulière de l'accumulation mercantileIn  Drogues et narco-trafic: le point de vue du Sud p. 127-140 América Latina
Bolivia | Brasil | Colombia | México

Resumen

Les politiques alternatives pour combattre le trafic de drogue sont limitées dans leur formulation principalement à cause de l'absence d'une analyse théorique alternative, ce qui a pour conséquence l'adoption non critique des théories dominantes. Cet article suggère quelques éléments de base qui pourraient permettre d'elaborer une économie politique du trafic de drogue et par le fait même de renforcer le débat sur le sujet, II débutera par une brève caractérisation du trafic de drogues comme une forme d'acumulation mercantile pour conclure sur quelques conséquences analytiques considérées comme importantes.

Alternatives Sud
Papel | trimestral | Bélgica ISSN versión papel: 1026-2253
Año de creación: 1994

Editor: Centre Tricontinental
Dirección: Av. Sainte gertrude,5
B-1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Reagrupa puntos de vistas del Hemisferio Sur sobre problemáticas claves mediante análisis críticas y alternativas; constituye una entrega de cuadernos trimestrales, con el objetivo de difundir opiniones de científicos e intelectuales del Sur sobre las relaciones mundiales y la evolución de la sociedad del Sur. Alternatives sud procura que las publicaciones de investigadores del Sur tengan más impacto en los países industrializados, y que las revistas científicas de larga difusión en África, en Asia, Pacífico, y en América Latina se difundan más fácilmente en el Norte. Esta revista tiende también a mejorar los intercambios mutuos del Sur y del Norte. Se trata de hecho poner de manifiesto alternativas a las políticas predominantes en el mundo globalizado actual,y también de proponer una acción para responder a los desafíos de la sociedad, tanto del Norte como del Sur.
Ceisal Redial © REDIAL & CEISAL. Responsabilidad editorial: Araceli García Martín - AECID (Madrid, España),
Jussi Pakkasvirta - Ceisal (Helsinki, Finlandia).
Desarrollo web: Olivier Bertoncello Data Consulting    Alojamiento web: CCIN2P3