loading...
- - -
América Latina Portal Europeo
REDIAL Red Europea de Información y Documentación sobre América Latina
CEISAL Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina
Referencia anterior

Inscription territoriale et action collective. Les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine

Referencia siguiente
Tesis 2001 Inscription territoriale et action collective. Les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine
TesisMerklen, Denis. Inscription territoriale et action collective. Les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine.  / Accion colectiva e inscripcion territorial. Las asentamientos del conurbano bonaerense a partir de la década de 1980. Director: Castel, Robert. 2001 559 p. Tesis doctorales. Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.  CREDA - Centre de Recherche Et de Documentation sur les Amériques. 2001. Palabras claves:
América del Sur | Cono Sur
Argentina
Ciudades, Urbanismo, Arquitectura | Movimientos sociales | Política, Administración pública | Sociología, Asuntos sociales
Pobreza ; sociología urbana ; clases populares ; políticas sociales ; Estado social
Época contemporánea | Siglo XX

Resumen:

Le quartier populaire est souvent évoqué par la sociologie. D’une part, il est évoqué comme espace des politiques publiques. Dans les villes d’Amérique du Sud, le quartier populaire apparaît comme une pièce maîtresse des stratégies de « lutte contre la pauvreté » et de la promotion de la « participation » visant à une promotion de la démocratie. Dans les villes du Nord, le quartier est évoqué comme lieu privilégié dans une stratégie réclamant le « redéploiement » de l’État ou comme instrument approprié pour la mise en place de politiques d’intégration sociale. D’autre part, le quartier est évoqué comme un espace privilégié dans les stratégies de la recherche sur la « nouvelle question sociale ». Devant l’action collective à base territoriale, confronté aux problèmes de violence, d’anomie ou de révolte urbaine, le chercheur va au quartier afin de saisir la nature de ces manifestations collectives. Cependant, le quartier populaire constitue souvent un piège pour le raisonnement sociologique. Tantôt il est considéré comme une réalité autonome, comme un lieu où les dimensions « authentiques » de la nouvelle réalité sociale deviennent observables, comme le lieu où la participation citoyenne trouve sa place. Tantôt il est négligé comme une pure apparence, le quartier est ainsi considéré comme la manifestation d’une réalité sociale qui trouve sa clé « ailleurs », le local ne peut pas être pris comme lieu d’organisation des politiques dès lors que les dynamiques sociales sont définies dans la société « globale » ou « mondiale ». Comment sortir de ce paradoxe ? Quel statut devons-nous accorder au local dans le raisonnement sociologique sans autonomiser la « réalité » du quartier populaire, sans hypostasier ce qu’on y « voit » ; mais sans ignorer non plus que le local n’est pas entièrement déterminé par la « société », qu’il peut être source de pouvoir, de prestige et d’intégration sociale ? Ce statut à la fois théorique et politique du local peut être construit à partir d’une observation du quartier dans la perspective de l’intégration et de l’action collective. En quoi le quartier est source d’intégration (et en quoi ne l’est-il pas) ? Quel type d’action collective peut avoir pour base le territoire urbain et quels sont ses limites ? Une tentative de réponse à ces questions est construit à partir de la description des asentamientos, une nouvelle forme d’occupation illégale de terres urbaines observée en Argentine à partir des années 1980. Cette analyse donne l’occasion d’observer la double évolution du rapport au politique et de l’identité sociale des catégories populaires confrontées au vertigineux processus de transformation sociale opéré dans ce pays. Face à un véritable phénomène de « désaffiliation » sociale, une partie des catégories populaires trouvera dans l’inscription territoriale une possibilité de réponse à son désarroi et dans l’action collective à base locale une occasion de recomposer son rapport au politique. Qu’est-ce que le projet de construction d’un quartier apporte à ces individus en termes d’intégration sociale ? Et qu’est-ce que cette inscription dans la ville ne peut pas apporter ? Comment devient-on un individu dans les marges de la ville ? Quelle forme adopte le rapport au politique lorsqu’il est bâti sur la base d’une action collective locale ? Au-delà du cas argentin, les réponses à ces questionnements sont enrichies par des observations faites dans des quartiers d’autres villes du « Nord » et du « Sud ».

Otras tesis

Ver también

Ceisal Redial © REDIAL & CEISAL. Responsabilidad editorial: Araceli García Martín - AECID (Madrid, España),
Jussi Pakkasvirta - Ceisal (Helsinki, Finlandia).
Desarrollo web: Olivier Bertoncello Data Consulting    Alojamiento web: CCIN2P3