loading...
- - -
América Latina Portal Europeu
REDIAL Rede Europeia de Informação e Documentação sobre a América Latina
CEISAL Conselho Europeu de Pesquisas Sociais da América Latina
Revista Almanaque Histórico Latinoamericano

Alternatives Sud

Revista Amazoniana : Limnologia et oecologia regionalis systemae fluminis Amazonas

Ano: 2011 vol. 18 n. 4

Archila, Mauricio; García, Martha Cecilia. Colombie : du vin nouveau dans de vieilles outres ?In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 27-34 Colombia
Resumo

A quelques accents près, les tendances structurelles du modèle de domination colombien - limitation de la démocratie, approfondissement du néolibéralisme, aggravation du conflit armé - persistent. Bien que souvent réprimés, les mouvements sociaux font face. Au déclin des organisations syndicales, répond le dynamisme de mouvements urbains, d’associations de victimes... qui engrangent certains résultats mais manquent de relais (...)

Lander, Edgardo. Venezuela : mouvement populaire en manque d’autonomie et de participationIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 35-44 Venezuela
Resumo

En dépit de l’extraordinaire développement de l’organisation sociale populaire et des changements culturels significatifs qui se sont produits ces dix dernières années au Venezuela, la faible autonomie des mouvements et des acteurs sociaux à l’égard du pouvoir d’État chaviste et la reproduction d’un modèle, souvent inefficace et corrompu, de société rentière questionnent le sens et la portée de la « révolution socialiste bolivarienne (...)

Silva, Marcelo Kunrath. Brésil : institutionnalisation et contestationIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 45-52 Brasil
Resumo

L’arrivée à la présidence de Lula en 2003 s’est traduite par une multiplication des opportunités d’accès à l’institutionnel pour la société civile brésilienne. La reconfiguration des rapports entre mouvements et État qui en résulte est complexe et ne peut être envisagée sous le seul prisme de la cooptation et de la démobilisation. En témoignent l’obtention d’avancées et la poursuite des mobilisations en dehors des espaces (...)

Ramírez Gallegos, Franklin; Guijarro, Juan. Équateur : une « révolution citoyenne » contestéeIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 53-60 Ecuador
Resumo

Pour distinct qu’il soit du paradigme néolibéral, le projet de « révolution citoyenne » porté par le président Rafael Correa n’a pas su empêcher l’émergence d’une forte opposition sociale emmenée par le mouvement indigène. Le retour de l’État et l’élargissement des droits sociaux sont des acquis indiscutés, mais la centralisation des décisions et la poursuite du modèle « extractiviste » génèrent de violentes tensions au sein du camp (...)

Pajuelo Teves, Ramón. Pérou : changement de régime en phase avec les nouvelles mobilisations sociales ?In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 61-68 Perú
Resumo

Sur fond d’hégémonie du modèle néolibéral, imposée dans les années 1990 sous le « fujimorisme » et perpétuée dans les années 2000 par des gouvernements portés par une croissance économique record, une série de conflits sociaux d’abord, un sens commun anti-néolibéral ensuite et enfin d’importantes mobilisations indigènes contre les projets miniers ont émergé. Le nouveau président nationaliste Humala en a bénéficié, avant de se (...)

Stefanoni, Pablo. Bolivie : 2000 jours plus tard, État, mouvements sociaux et dissidencesIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 69-78 Bolivia
Resumo

Le deuxième mandat du toujours populaire président Morales est celui d’un certain « retour à la normalité » bolivienne, c’est-à-dire à l’instabilité et aux conflits. Le « néodeveloppementalisme » du gouvernement est diversement apprécié par les mouvements qui l’ont porté au pouvoir pour refonder le pays. Carriérisme de leaders sociaux, replis populaires corporatistes, dissidences politiques, inefficacité... les écueils se (...)

Palau, Marielle. Paraguay : déconvenue de l’option électoraliste de la gauche socialeIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 79-88 Paraguay
Resumo

Depuis la chute du dictateur Stroessner, les organisations progressistes paraguayennes ont cherché à peser sur le politique, avec plus ou moins de succès. Conscientes que le pouvoir néolibéral constituait un obstacle à leurs revendications, elles ont misé sur la stratégie électorale en favorisant à des degrés divers la victoire du président Lugo. Mais cette option a montré ses limites. Institutionnalisation, démobilisation ou... (...)

Zibechi, Raúl. Uruguay : un projet minier réveille la contestationIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 89-96 Uruguay
Resumo

Le bilan des sept premières années au pouvoir du Frente Amplio en Uruguay est mitigé : des efforts sociaux, mais peu de remise en cause de l’impunité et des politiques néolibérales. Investisseurs extérieurs et monocultures ont les coudées franches. La protestation reste cependant minime et les mouvements sociaux plutôt démobilisés. Un mégaprojet minier pourrait changer la donne. Il a en tout cas fait naître un mouvement d’opposition (...)

Cuadra, Fernando de la . Chili : protestations massives contre le modèle néolibéralIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 97-104 Chile
Resumo

La vague de protestations qui déferle sur le Chili indique que les frustrations ont atteint leurs limites. Exacerbées par le dédain du gouvernement Piñera pour la res publica, ces mobilisations, hétérogènes et sectorielles au départ, questionnent en profondeur le modèle néolibéral sur lequel s’est construit le « miracle chilien ». En dépit de la répression et au risque de la cooptation pour les moins radicales d’entre (...)

Svampa, Maristella. Argentine : modèles et frontières du conflit socialIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 105-116 Argentina
Resumo

Croissance économique, réactivation industrielle, diminution du chômage, interventionnisme d’État, allocations sociales... si les acquis du « kirchnerisme » sont appréciés par une partie des syndicats dans la grande tradition « national-populaire », le modèle « extractiviste » et agroexportateur, la précarité, les conflits intersyndicaux et la répression des nouvelles luttes socio-environnementales, pour la terre, le logement... posent (...)

Modonesi, Massimo. Mexique : résistances sociales au pays de la « guerre contre le narcotrafic »In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 117-124 México
Resumo

Dans un climat de violence exacerbée par la « guerre contre le crime organisé », les mouvements sociaux mexicains mobilisés en défense de l’emploi, des ressources naturelles, des droits humains, etc., n’ont pas réussi à imposer une force organisée ni un projet alternatif, face aux politiques néolibérales et conservatrices du PAN. Leur articulation (dans le mouvement de López Obrador ?) en vue des prochaines élections pourrait changer la (...)

Yagenova, Simona Violetta. Guatemala : sujet communautaire émergent sur fond de globalisation néolibérale ?In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 125-132 Guatemala
Resumo

Les luttes à l’œuvre aujourd’hui au Guatemala, en particulier dans le monde indigène, sont à la fois l’expression d’une frustration structurelle historique, non résolue démocratiquement, et un contre-feu à la stratégie actuelle du capital, en quête de nouveaux marchés, de main-d’œuvre pas chère et de ressources naturelles et énergétiques. Le système de domination guatémaltèque dispose toutefois d’importants moyens pour garantir sa (...)

Flores Hernández, Rudis Yilmar. El Salvador : le mouvement social ne désarme pasIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 133-136 El Salvador
Resumo

La vigueur du mouvement social salvadorien contre les politiques néolibérales a indiscutablement contribué à la victoire électorale en 2009 du nouveau président Mauricio Funes et du Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN), l’ancienne guérilla. Les ruptures annoncées n’étant pas au rendez-vous, en particulier dans le domaine sensible de l’exploitation des ressources naturelles, les acteurs sociaux demeurent (...)

Bähr Caballero, Karen. Honduras : résistances populaires, des réformes du 19e siècle à l’après-coup d’État de 2009In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 137-144 Honduras
Resumo

Les réformes libérales du 19e siècle et la récente période néolibérale, entrecoupées de réformes agraires dans les années 1960 et 1970, ont servi de cadre à la privatisation des terres au Honduras. Le foncier constitue d’ailleurs l’épicentre des conflits sociaux. En dépit de la répression systématique des mouvements depuis le coup d’État, des convergences sont à l’œuvre, mais la priorité réside dans la consolidation des organisations de (...)

Rocha, José Luis. Nicaragua : mouvements sociaux entre résistance et soumissionIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 145-152 Nicaragua
Resumo

Si le Front sandiniste (FSLN), qui a renversé la dictature somoziste en 1979, a longtemps gardé un monopole sur la contestation populaire au Nicaragua, au moins quatre types de protestation - de travailleurs, de femmes, d’ethnies, de citoyens - lui disputent aujourd’hui cette mainmise. Parmi les écueils à éviter : la dépendance externe, la polysémie ou le manque de clarté de certains discours, la perte du caractère antisystémique des (...)

Mora Solano, Sindy. Costa Rica : face à l’« ajustement », des contestations « pacifiques » ou « pacifiées »In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 153-160 Costa Rica
Resumo

La forte institutionnalisation des conflits sociaux et les mécanismes de « pacification » de la contestation participent à perpétuer l’imaginaire d’un Costa Rica démocratique souvent étiqueté « la Suisse de l’Amérique centrale ». Depuis 1995 toutefois, l’ajustement structurel et les politiques de libéralisation et de privatisation ont suscité plusieurs cycles de protestations, régulièrement (...)

Gandásegui, Marco A. Panama : quelles résistances populaires face au redéploiement capitaliste ?In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 161-168 Panamá
Resumo

Si le mouvement ouvrier panaméen, aux accents souverainistes, est parvenu à engranger de réels acquis sociaux avant les années 1980, la période néolibérale a détricoté l’essentiel et fortement précarisé le travail. Le redéploiement capitaliste actuel - projets miniers, énergétiques et touristiques, élargissement du canal - déplace la conflictualité sociale, notamment vers les régions indigènes... qui se (...)

Habel, Janette. Cuba : cinquante ans après, sauver la révolution ?In  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 169-178 Cuba
Resumo

Les réformes engagées à Cuba vers le « socialisme de marché » changent les formes de propriété et impliquent l’abandon du modèle social. Les inégalités fragilisent la légitimité du processus dans une société éduquée à la solidarité, mais où le socialisme d’État corsetait le corps social. Les conflits s’expriment de façon embryonnaire, le rapport entre société civile et gouvernants a changé, l’exigence d’une nouvelle citoyenneté se fait (...)

Manigat, Sabine. Haïti : un mouvement social entre dérives et confiscationIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 179-184 Haití
Resumo

Dans la foulée de la chute du « duvaliérisme » en 1986, les énergies sociales haïtiennes débridées se sont rapidement manifestées. Cet essor momentané a été suivi d’un déclin des mouvements sous le pouvoir d’Aristide : cooptation et instrumentalisation. Si le séisme de 2010 a révélé l’importance des solidarités sociales face aux carences de l’État, le mouvement social haïtien reste organiquement faible et souvent confisqué par le (...)

Matías, Domingo. République dominicaine : nouveau cycle de mobilisation socialeIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 185-192 República Dominicana
Resumo

En rupture avec les organisations de la gauche traditionnelle, plusieurs nouveaux mouvements sociaux ont sorti la République dominicaine de sa léthargie sociale. Sur les fronts de l’exploitation des ressources naturelles, de l’éducation et de l’équipement des quartiers populaires, ils combinent ancrage local et mobilisation nationale. Pour autant, leurs acquis sont inégaux.

Marti i Puig, Salvador. L’impact des mouvements indigènes sur la scène politique en Amérique latineIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 193-206 América Latina
Resumo

L’émergence de mouvements indigènes a marqué les deux dernières décennies en Amérique latine. Parmi les raisons de l’irruption : l’activisme de réseaux internationaux et les fenêtres d’opportunité ouvertes par la démocratisation. Parmi les impacts : réformes constitutionnelles, statuts d’autonomie et nouveaux acteurs politiques. Mais le phénomène perd en visibilité. La poussée de conflits pour les ressources naturelles pourrait lui en (...)

Seoane, José; Algranati, Clara; Taddei, Emilio. Une décennie de luttes et de changements en Amérique latineIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 207-220 América Latina
Resumo

La délégitimation du néolibéralisme, à laquelle ont participé les mouvements sociaux latinos dès les années 1990, a fait place à la confrontation entre trois projets distincts : néodéveloppementaliste (Argentine, Brésil...), socialiste (Venezuela, Bolivie...) et... libéral-conservateur (Mexique, Colombie...). Portés par la croissance, les trois consolident la primarisation de l’économie et l’extractivisme, en dépit des contestations (...)

Bruckmann, Mónica; Dos Santos, Theotonio. Les mouvements sociaux en Amérique latine : un bilan historiqueIn  État des résistances dans le Sud : Amérique latine p. 221-238 América Latina
Resumo

L’historique des mouvements sociaux en Amérique latine tient en quatre phases : leurs origines, depuis l’influence anarchiste au 19e siècle jusqu’à la troisième Internationale ; le cadre populiste et les luttes « nationales démocratiques » du 20e ; l’émergence de luttes autonomes et les nouvelles formes de résistance au néolibéralisme ; et la mondialisation des luttes sur fond de « virage à gauche » continental en début de (...)

Alternatives Sud
Papel | trimestral | Bélgica ISSN papel: 1026-2253
Año de criação: 1994

Editor: Centre Tricontinental
Direção: Av. Sainte gertrude,5
B-1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Reagrupa puntos de vistas del Hemisferio Sur sobre problemáticas claves mediante análisis críticas y alternativas; constituye una entrega de cuadernos trimestrales, con el objetivo de difundir opiniones de científicos e intelectuales del Sur sobre las relaciones mundiales y la evolución de la sociedad del Sur. Alternatives sud procura que las publicaciones de investigadores del Sur tengan más impacto en los países industrializados, y que las revistas científicas de larga difusión en África, en Asia, Pacífico, y en América Latina se difundan más fácilmente en el Norte. Esta revista tiende también a mejorar los intercambios mutuos del Sur y del Norte. Se trata de hecho poner de manifiesto alternativas a las políticas predominantes en el mundo globalizado actual,y también de proponer una acción para responder a los desafíos de la sociedad, tanto del Norte como del Sur.
Ceisal Redial © REDIAL & CEISAL. Responsibilidade editorial: Araceli García Martín - AECID (Madrid, España),
Jussi Pakkasvirta - Ceisal (Helsinki, Finlandia).
Desenvolvimento web: Olivier Bertoncello Data Consulting    Alojamento de sites: CCIN2P3